Publié : 19 janvier 2012
Format PDF Enregistrer au format PDF

L’exercice de la traduction

L’exercice de la traduction

La traduction : une gymnastique de l’esprit
Contrairement aux interprètes, dont l’outil est la langue parlée, les traducteurs travaillent sur des textes écrits. Les traducteurs des institutions européennes traduisent d’une langue étrangère vers leur langue maternelle, afin que les textes finaux paraissent les plus naturels et les plus fluides possibles. Mais en quoi consiste leur travail exactement ?

Des connaissances diverses
Selon le type de texte, la traduction exigera des connaissances techniques en électronique, finance, médecine, chimie, botanique, etc. (le traducteur devra connaître le nom des pièces constitutives d’une machine ou les noms de substances chimiques), ou des compétences culturelles et stylistiques (pour traduire une rime ou un jeu de mots).
Certaines traductions peuvent nécessiter ces deux types de connaissances, par exemple pour traduire des logiciels.

Transmettre un message
Traduire, c’est avant tout communiquer, et la question que tout traducteur doit se poser est : "Comment faire passer le message ? ». Une bonne traduction doit produire sur le lecteur le même effet que le texte original. Pour traduire correctement, il faut donc tenir compte de la structure et de la grammaire, mais aussi du contexte et du style de l’original, ainsi que des différentes nuances de sens exprimées par les synonymes et les jeux de mots, par exemple.

S’adapter à une culture
Chaque langue est indissociable de son contexte culturel, social et géographique. Il arrive fréquemment que des termes employés dans une langue n’aient pas d’équivalent dans une autre. Dans de tels cas, les traducteurs doivent parfois imaginer de nouvelles expressions pour décrire ces notions.
Il ne suffit pas de rechercher un mot dans le dictionnaire pour en trouver la traduction. En fonction du contexte, le traducteur peut être amené à choisir un tout autre terme.

Des langues vivantes
Une autre difficulté est liée à l’évolution rapide du vocabulaire. Les humains produisent en permanence de nouvelles idées et inventions, ou de nouveaux emplois pour des termes existants. Il s’agit d’un des aspects les plus difficiles — mais aussi les plus attrayants — de ce métier : le traducteur doit faire preuve de créativité pour trouver de nouvelles façons d’exprimer ces notions dans sa propre langue.
Il ne suffit pas de rechercher un mot dans le dictionnaire pour en trouver la traduction. En fonction du contexte, le traducteur peut être amené à choisir un tout autre terme.

La langue de l’Europe, c’est la traduction
(Umberto Eco)