Publié : 6 avril
Format PDF Enregistrer au format PDF

Carnet de voyage de la section euro 6 : La maison de l’humanité

Mercredi après-midi, nous nous sommes rendus à la maison de l’humanité à La Haye.

C’est un musée qui a été fondé par la Croix-Rouge néerlandaise en 2010.

Nous avons rencontré Mohamed qui y travaille, et qui nous l’a présenté.

La maison de l’humanité propose un parcours retraçant le trajet des migrants avec les dangers, les incertitudes, les choix difficiles à faire pour arriver dans un pays plus sûr ou pour rejoindre sa famille.

Mohamed lui même réfugié, est parti d’Irak avec sa famille à l’age de 6 ans. Ils ont mis plus de 2 mois avant d’arriver aux Pays-Bas et ils ont dû attendre longtemps avant de pouvoir avoir des papiers. Ils ont fait dû faire un voyage périlleux : ils étaient très nombreux dans une toute petite voiture, ils ont été abandonné par leur passeur, pendant son voyage il a perdu ses chaussures et a marché dans la neige avec les pieds gelés sans s’en rendre compte... Il n’a jamais pu retourner dans son pays d’origine.

Mohamed nous a posé des questions sur les migrants et les réfugiés et nous a demandé quels choix on ferait face à certaines situations si on était des réfugiés.

Puis nous avons fait le parcours. On nous a donné des papiers d’identité à nos noms puis on a voyagé à travers les différentes salles. Nous étions dans la peau d’un réfugié, on se posait donc les mêmes questions : faut-il rester ou il est temps de partir ? Laisser ses amis et sa famille même si je ne suis pas sûr qu’ils soient en sécurité ? De quelle manière fuir ? Qu’est-ce que ça fait de fuir ? Suis-je encore la même personne ? Mentirais-je pour être autorisé à traverser les frontières ?

Cette expérience nous a permis de prendre conscience du long, difficile et dangereux voyage qu’entreprennent les réfugiés pour être en sécurité.

Nous avons ressenti les émotions qu’ils peuvent eux aussi ressentir : la peur, la tristesse, l’angoisse, l’espoir…

Nous avons vu des photos et des témoignages de véritables réfugiés à la fin du parcours avec des vidéos interactives comme celui de Bruce Cerew ou de Shaza Manla. Suite au parcours, nous avons retrouvé Mohamed avec qui nous avons parlé de notre ressenti. Il nous a parlé de son histoire. Il nous a expliqué que ce qui l’avait beaucoup aidé, c’était que sa mère en partant avait prit des photos, pour connaître et se souvenir de sa famille. C’était un moment très émouvant et touchant.

Article par Elsa & Noémie